Edouard Karemera, 2006, Le drame rwandais: les aveux accablants des Chefs de la Mission des Nations Unies pour l'Assistance au Rwanda, Collection "Le droit à la parole", Format 16x24, 223p. Prix 20 euros

La compétence ratione temporis du TPIR s'étend sur toute l'année 1994. Curieusement, de tous les crimes commis au Rwanda en 1994, l'attentat qui a emporté le Président rwandais Juvénal Habyarimana, son homologue burundais Cyprien Ntaryamira, leurs suites respectives ainsi que l'équipage français, ne figure pas sur l'agenda du Procureur du TPIR. Carla Del Ponte, l'actuel Procureur du TPIY qui avait auparavant sous sa férule le TPIR, avait déclaré en l'an 2000 que s'il s'avère que c'est le FPR qui a abattu l'avion, il faut réécrire l'histoire du génocide". Depuis, bien des langues se sont déliées. L'on dispose actuellement de preuves irréfutables qui fondent la certitude que le Front Patriotique est l'auteur de cet attentat.

Depuis la 1ère annonce de cet attentat, le commandant de la MINUAR à l'époque, le Général Roméo Dallaire, essaie de faire passer cet attentat pour un accident fortuit. Le TPIR a repris le même prétexte pour se dégager de son devoir d'enquête. Or cet attentat a été le détonateur des massacres d'avril à juillet 1994 au Rwanda. Le 17 novembre 2006, le juge français Jean Louis Bruguière, a émis des mandats d'arrêts internationaux contre l'entourage de Paul kagame, en réservant au TPIR les poursuites contre celui-ci. Malgré les tergiversations du Procureur qui a récusé cette injonction, le rapport du juge Bruguière a été admis en preuve dans l'un des procès en cours au TPIR.

Les deux autorités de la MINUAR savaient que le Président Habyarimana allait être assassiné. Aucun dispositif de sécurité n'a été déployé pour éviter cet attentat. La MINUAR a plutôt servi de force d'accélération au Front Patriotique rwandais pour la conquête du pouvoir, rompant ainsi avec son devoir de neutralité dans l'accomplissement de sa mission d'accompagner les deux parties signataires de l'Accord de Paix d'Arusha. Cet attenta a été couvert d'un tissus épais de mensonges qui rend suspects les chefs de mission de la MINUAR. Au fur et à mesure, ce tissu ne résiste ples ni à l'épreuve du temps, ni à la maïeutique, exercice auquel se livre Edouard Karemera dans cet ouvrage.

L'auteur

Edouard Karemera est Licencié en Droit de l'Université Catholique de Louvain en Belgique. Rentré au Rwanda en décembre 1976, il sera tour à tour Ministre de la Fonction Publique et de l'Emploi, Ministre à la Présidence de la République Chargé desAffaires Politiques, Administratives et Institutionnelles et Ministre Chargé des Relations Institutionnelles. Il a régulièrement été élu député national dans la circonscription électorale de Kibuye de 1982 à 1993. Du 25 mai au 17 juillet 1994, il a exercé les fonctions de Ministre de l'Intérieur dans le Gouvernement Intérimaire.

Livres sur le même thème

Augustin Ngirabatware, 2006, Rwanda: le faîte du mensonge et de l'injustice, Collection "Le droit à la parole", Format 16x24, 612p. Voir détails.

Eugène Shimamungu, 2004, Juvénal Habyarimana, l'homme assassiné le 6 avril 1994, (hors collection), Format 14,8x24; 400p. Voir détails.

accueil